Actualités
Animations week-end
Le musée propose différentes activités chaque week-end.

< Retour à la page d'accueil
< Aux alentours
Promenades archéologiques

Abilly, L'Archéolab                                                                                                                 Indre-et-Loire

L'Archéolab est un musée de site archéologique qui présente la fouille archéologique (techniques et méthodes) et les analyses en laboratoire (résultats et interprétation). Une reconstitution au sol d'un habitat-atelier du Néolithique final y est aussi proposée. Pendant les visites guidées par des archéologues, le public est sensibilisé à la conservation et à la protection des sites archéologiques. Associés à cette visite, des ateliers pédagogiques permettent d'aborder le thème de la vie quotidienne des hommes du Paléolithique et du Néolithique. Pour tous les amateurs de Préhistoire, pour les enseignants et leurs élèves, qui veulent véritablement comprendre ce qu'est un site préhistorique, la visite de l'ARCHÉOLAB est le complément indispensable à la visite du musée de Préhistoire du Grand-Pressigny.

Angles-sur-l'Anglin, Centre d'interprétation du Roc-aux-Sorciers Vienne

La frise sculptée sur les parois de l’abri du Roc-aux-Sorciers est connue depuis 1950. Réalisée par les chasseurs paléolithiques vers 15000 avant notre ère, cette extraordinaire frise, peuplée d'animaux et de figures humaines en bas-relief, n'est pas ouverte au public pour des raisons de conservation.
Depuis 2008, un centre d'interprétation permet à tous de découvrir cette œuvre majeure de la Préhistoire. Le moulage en résine de l'original, scandé de panneaux didactiques facilite la découverte de tous les détails. Présenté en extérieur, il obéit à la même orientation et luminosité que la frise originale. En intérieur, dans la pénombre, une création audiovisuelle offre un déroulé animé et coloré de l’ensemble de la frise.
Le village d'Angles-sur-l'Anglin est en outre l'un des plus beaux villages de France, avec les ruines du château médiéval dominant l’Anglin.

Antigny, Musée gallo-romain Vienne

Situé à quelques kilomètres de l’abbaye de Saint-Savin et rassemblant les vestiges des découvertes faites sur le site gallo-romain tout proche du Gué-de-Sciaux, le dépôt de fouilles d’Antigny conserve des éléments exceptionnels issus des constructions religieuses édifiées aux belles heures de la Gaule romaine, aux 1er et 2e siècles de notre ère. La destruction du sanctuaire a paradoxalement permis la préservation d’éléments architecturaux et de sculptures d’une qualité rare.
Dans le village, l’église Notre-Dame offre un ensemble de peintures du 12e au 15e siècles restées longtemps masquées par les badigeons successifs. Redécouvertes dans les années 90 et restaurées en 2006, elles sont une excellente évocation des églises poitevines du Moyen-Âge.

Bougon, Musée des tumulus Deux-Sèvres

Les tumulus de Bougon représentent un des plus grands ensembles mégalithiques de la façade atlantique. Ces sépultures, en pierres sèches et dalles mégalithiques, enchâssées dans de gigantesques tertres de terre et de pierre datent du Néolithique. Construites vers 4500 avant notre ère, soit plus de 1000 ans avant les pyramides d'Égypte, elles furent utilisées comme tombeaux pendant près de 2000 ans. Connues depuis le 19e siècle, elles ont été presque entièrement fouillées entre 1968 et 1987.
Le Musée des tumulus, inauguré en 1993, est situé à proximité immédiate de ces dolmens. Grâce aux collections issues des fouilles menées dans la nécropole et dans la région, ainsi qu'aux reconstitutions et maquettes, le visiteur est plongé dans l'univers de ces peuples bâtisseurs.
Un parcours pédagogique extérieur complète la visite des collections et du site mégalithique.

Civaux, Église, baptistère, nécropole et musée Vienne

L'histoire de Civaux commence dès la Préhistoire, mais c'est à l'époque romaine et surtout mérovingienne (5e-8e siècles de notre ère), que le site prend de l'ampleur. De cette époque date une immense nécropole renfermant autrefois entre 7000 et 15000 sarcophages. Malgré une importante réutilisation, plus d'une centaine de sarcophages est toujours en place au milieu des tombes actuelles. De nombreux couvercles ont été réutilisés pour former la clôture du cimetière.
Le mobilier découvert dans les sépultures est exposé au musée inauguré en 2004. Les collections de la Préhistoire à la fin du Moyen Âge bénéficient d'une présentation didactique de grande qualité.
Remontant également à l’époque mérovingienne, un baptistère (6e-7e siècles) construit sur un sanctuaire romain et l'église des saints Gervais et Protais (stèle chrétienne du 5e siècle, abside du 6e siècle, nef du 10e siècle et chapiteaux sculptés du 11e siècle) jouxtent le musée.

Martizay, Musée archéologique Indre

Rénové et rouvert au public depuis juillet 2009, ce musée présente des collections préhistoriques et surtout des vestiges gallo-romains, en particulier de rares enduits peints, et mérovingiens issus des fouilles archéologiques réalisées sur la commune.

Mégalithes de Touraine

Si la Touraine n’est pas un pays de mégalithes comparable à la Bretagne, une visite des monuments les plus accessibles permet d’évoquer un des aspects les plus connus du Néolithique : l’architecture funéraire mégalithique.
Hormis celui de Saint-Antoine-du-Rocher, apparenté aux très impressionnants monuments angevins, les dolmens tourangeaux sont de relative petite taille. La disparition du tumulus qui recouvrait à l’origine les sépultures met à nu un squelette de pierres aux formes et tailles variées.
Fouillés au 19e siècle, ils sont difficiles à dater avec précision. Les rares mobiliers funéraires conservés, les notes de fouille et leurs architectures les situent à la fin du Néolithique, aux 4e et 3e millénaires.
À voir près du Grand-Pressigny, le dolmen de la Pierre Chaude à Paulmy, en bordure de la D100, entre Le château du Châtelier et Neuilly-le-Brignon.
La Pierre percée de Draché est un des rares menhirs régionaux qui dépasse 3 mètres de haut.
Nombre de légendes associées à ces monuments font intervenir Garguantua, géant lançant les lourdes dalles comme de vulgaires palets.

Poitiers, Musée Sainte-Croix Vienne

Poitiers offre l’exemple d’une ville d’art et d’histoire aux richesses millénaires. Fleuron de l'art roman, l'église Notre-Dame-la-Grande, récemment restaurée, rayonne sur le cœur historique de la ville. Le baptistère Saint-Jean, l’un des plus anciens de la chrétienté, abrite la piscine baptismale et des peintures romanes des 11e et 12e siècles. Bel exemple d’architecture contemporaine, le musée Sainte-Croix présente en particulier des objets d’art et de parure paléolithiques, des mobiliers funéraires néolithiques ou des vestiges gallo-romains et médiévaux exceptionnels. Les sculptures et épitaphes médiévales provenant de l'hypogée des Dunes, fermé au public pour restauration, permettent d'évoquer cette sépulture, témoignage insigne de l’art et de l’architecture mérovingiens (6e-9e siècles). Le musée abrite également une belle et originale collection de sculptures et peintures des 19e et 20e siècles, dont des œuvres majeures de Camille Claudel.

Saint Marcel, Musée archéologique d'Argentomagus Indre

La ville gallo-romaine d’Argentomagus succède à un oppidum gaulois de la cité des Bituriges Cubes. Construite selon un plan orthogonal, elle est dotée aux 1er et 2e siècles de notre ère de constructions monumentales : temples, théâtre, fontaine, amphithéâtre, thermes.
Les ruines de l’agglomération antique mentionnées dès le 16e siècle ne feront l’objet de fouilles archéologiques qu’au 19e siècle. Les recherches se poursuivent encore aujourd’hui chaque été.
Les nombreux vestiges encore visibles de la ville romaine sont accessibles à la visite et bénéficient d’un parcours balisé et commenté. Directement implanté au-dessus d’une partie de ces vestiges urbains, le musée présente tous les aspects de la vie et de la mort des Gallo-Romains d’Argentomagus. Des collections préhistoriques de premier ordre permettent en outre de remonter le temps jusqu’aux premiers occupants de la région, il y a plusieurs milliers d’années.

Yzeures-sur-Creuse, Musée Minerve Indre-et-Loire

C’est lors de la démolition en 1895 de l’église d’Yzeures jugée trop dangereuse, que sont découverts plusieurs fragments d’un monument gallo-romain du 3e siècle dédié à Jupiter. Les 80 blocs de pierre sculptés de ce monuments sont présentés au public depuis 1972.

 

 

 

Haut de la page

Touraine Loire Valley Conseil Général Ligeris Tourisme handicap
Tél. 02 47 94 90 20 - Fax 02 47 94 99 60
Le Grand-Pressigny : musée de la Préhistoire - 37350 Le Grand-Pressigny
www.prehistoiregrandpressigny.fr